Nouvelles

Les CPE et les garderies tendent la main à Legault

4 Octobre 2018

Lire article sur le site de LA PRESSE

(QUÉBEC) Les centres de la petite enfance (CPE) et les garderies privées subventionnées voient d’un bon oeil les signaux d’ouverture envoyés par le premier ministre désigné François Legault. Ils se disent prêts à travailler avec lui pour assurer le dépistage précoce des troubles d’apprentissage chez les enfants.

Mardi, au lendemain de sa victoire décisive, M. Legault a assoupli sa position sur la maternelle 4 ans. « En priorité », il veut « s'assurer que les problèmes [d'apprentissage] soient dépistés le plus tôt possible » et ouvre la porte à une collaboration avec les services de garde.

« On a perçu ça de manière très favorable que le nouveau gouvernement veuille fédérer les gens et travailler avec les réseaux qui sont déjà en place [et] utiliser leur expertise. On lui dit que, oui, on a le goût de travailler à établir un plan de match », a réagi la directrice générale de l'Association québécoise des centres de la petite enfance (AQCPE), Geneviève Bélisle.

Plusieurs options peuvent être envisagées, selon elle. Elle suggère entre autres que « les services offerts par le réseau de la santé soient déployés plus spécifiquement dans le milieu éducatif que l'enfant fréquente ». Ce serait une façon de faciliter l'intervention de spécialistes pour des bambins ayant des besoins particuliers.

Mme Bélisle a également donné à titre d'exemple un projet d'orthophonie communautaire en Montérégie. 

« Il y a déjà certains projets qu'on a ciblés et qu'on voudrait peut-être voir implantés plus largement et qui permettraient de faire rapidement des gains. »

- Geneviève Bélisle, directrice générale de l'Association québécoise des centres de la petite enfance (AQCPE)

L'Association des garderies privées du Québec (AGPQ) considère que François Legault lui offre une « main tendue ». « On embarque. C'est vraiment une préoccupation majeure, le dépistage. On en fait déjà, mais on n'est pas des experts dans le dépistage. On n'a pas assez de ressources », a affirmé sa vice-présidente, Mona Lisa Borrega.

Certaines garderies ont une entente avec des équipes de professionnels multidisciplinaires. « Quand on a les moyens et les ressources pour agir tôt, dans la majorité des cas, les enfants vont ensuite à l'école pareil comme tous les autres », a-t-elle souligné.

D'autres garderies suggèrent aux parents de consulter un spécialiste, mais « au public, avoir un diagnostic, ça peut être très long ». Et au privé, c'est coûteux, a-t-elle ajouté. François Legault a suggéré en campagne électorale que l'État paie la facture, qui peut dépasser le millier de dollars. « En bout de ligne, ça va être une économie pour l'État », estime Mme Borrega.

Engagement sur la maternelle 4 ans

Dans les derniers mois, l'AQCPE et l'AGPQ se sont montrées inquiètes de l'engagement de la Coalition avenir Québec d'offrir la maternelle à tous les enfants de 4 ans.

Mardi, François Legault se faisait plus souple au sujet de sa promesse phare. 

« La priorité en éducation, c'est s'assurer que les problèmes [d'apprentissage] soient dépistés le plus tôt possible. C'est ce sur quoi, à court terme, on va travailler. »

- Le premier ministre désigné, François Legault

« L'engagement sur la maternelle 4 ans, c'est sur cinq ans. Si on est capables avec les CPE et les garderies d'agir plus rapidement, c'est quelque chose que je suis ouvert à considérer, a-t-il ajouté. On va voir avec les CPE, les garderies, les maternelles ce qu'on est capables ensemble de faire pour que, le plus rapidement possible, les enfants reçoivent des services. »

Hier, dans une allocution devant ses candidats élus et défaits, M. Legault a insisté sur la nécessité de « mieux s'occuper des enfants qui ont des difficultés d'apprentissage ». Il n'a pas abordé directement le cas de la maternelle 4 ans. Il a envoyé un autre signe de souplesse : « On va tenir nos engagements. Je vous le garantis, il va falloir que quelqu'un me pile sur le corps. Oui, on va rester proches des préoccupations pour être flexibles, mais on n'oublie pas la cible, l'objectif. »


  Retour